Jeux de rôle

outils
outils-pedagogique-jeux-de-role

Comme son nom l'indique, un jeu de rôles consiste à faire jouer à des participants en formation un rôle en rapport avec les objectifs de la formation. 


Les jeux de rôles que nous utiliserons en formation sont conçus pour être joués à deux, un participant jouant le rôle du patient (ou de la patiente), un autre participant jouant le rôle du médecin (homme ou femme) : il s'agit, pour chaque acteur, après s'être mis dans la peau du personnage choisi à la lumière des indications données, de jouer ce personnage.

Dans tous les jeux de rôles proposés, il n'y a pas de scénario. La présentation s'attache à l'historique de chaque personnage,  éventuellement à l'histoire de leur relation commune, et donne un certain nombre d'indications sur le tempérament et la problématique actuels du personnage.

Le déroulement du jeu de rôles est laissé à l'initiative des deux personnages; seul est déterminé le début de la scène.

 

Objectifs

Le jeu de rôles est un outil de formation, principalement orienté vers la formation du savoir être.

Il a un effet révélateur de tous les problèmes liés à la communication : ce qui est communiqué de façon verbale et non verbale, ce qui ne l'est pas, les réactions des personnages à la communication entre eux, les différences de perception de la situation, les interprétations des informations verbales et non verbales.

Pour les acteurs, il constitue un instrument d'auto-analyse, un moyen de prendre conscience de la différence entre ce que l'on peut faire, ce que l'on pense faire, ce que l'on fait, ce que les autres voient, et grâce à cela c'est un puissant moyen de formation.

Pour les observateurs, moins impliqués à titre personnel, le jeu de rôles permet de développer leurs capacités d'observation, libérés qu'ils sont de l'engagement habituel dans la relation médecin patient, et de repérer des phénomènes dont ils sont habituellement les acteurs.

Enfin, pour tous, un jeu de rôles est le révélateur de besoins ou d'objectifs de formation (qui peuvent être propres à chacun, à partir du même support) dans le domaine relationnel, souvent relégué à l'arrière plan par le poids de l'information scientifique.

 

Déroulement

  • Préparation
  • Mise en place
  • Jeux de rôle proprement dit
  • Analyse
 

Préparation

Les acteurs étant désignés et les rôles répartis, chaque acteur s'isole et, à partir de la présentation écrite commune, élabore la stratégie et l'attitude qu'il adopte lors du jeu de rôle. Chaque acteur peut (et cela est préférable) être assisté dans cette phase par deux ou trois futurs observateurs.

L'animateur se tient à la disposition des acteurs pour leur donner d'éventuelles indications complémentaires : il est le metteur en scène du jeu de rôles et, selon les phénomènes sur lesquels il veut axer la formation, il peut donner des directives complémentaires, à condition de ne pas modifier l'information qui a été donnée en commun aux acteurs et de ne pas "piéger" l'un des acteurs. Il lui appartient également de mettre les acteurs en confiance et de mettre en place le "décor" et le matériel nécessaire (une table, un bureau, deux chaises sont suffisantes, quelques détails plus réalistes pourront s'y ajouter pour faciliter l'entrée des acteurs dans le jeu de rôles). Il doit aussi insister sur le fait que chaque acteur doit se mettre "dans la peau" du personnage qu'il va jouer et essayer de voir la situation avec "les yeux de son personnage" en fonction des indications données (c'est "l'empathie" vis-à-vis de son personnage, identique à l'empathie du médecin vis-à-vis de son patient).

DANS LE JEU DE ROLES, CHAQUE ACTEUR NE SERA PLUS LUI-MEME, IL SERA SON PERSONNAGE

Généralement 20 à 30 minutes suffisent pour cette phase. Y consacrer plus de 30 minutes ne sert qu'à augmenter le trac des acteurs.Les acteurs étant désignés et les rôles répartis, chaque acteur s'isole et, à partir de la présentation écrite commune, élabore la stratégie et l'attitude qu'il adopte lors du jeu de rôle.

 

Mise en place

L'animateur peut donner à chaque observateur des thèmes d'observation :

  • les attitudes non verbales,
  • l'analyse du contenu de la communication verbale,
  • la stratégie générale de chaque acteur, l'interprétation dans la communication, etc...

ou laisser à chaque observateur toute latitude.

La première option peut être préférée si on veut insister sur certains aspects de la communication, la seconde est préférable lorsque les observateurs sont peu habitués à cet exercice (l'analyse leur fera prendre conscience de la difficulté de tout repérer).

 

Le jeux de rôle proprement dit

Le plus souvent, la durée est limitée puisqu'elle est à l'échelle d'une partie de la consultation.

Mais, à tout moment, l'animateur peut, s'il juge que les objectifs qu'il avait assigné au jeu de rôles sont atteints, donner le signal de la fin.

Une durée de 10 à 15 minutes est généralement suffisante.

  • L'animateur doit repérer les phénomènes marquants du jeu de rôles dans leur chronologie.
  • A la fin du jeu de rôles, il est important de remercier et de féliciter les acteurs.
 

L'analyse

Le groupe complet s'installe en table ronde.
Le but de la discussion est de mettre en évidence les différences entre ce qui a été perçu par les différents participants (chaque acteurs, observateurs).

Il est impératif de s'interdire de faire de "l'interprétation sauvage" de la façon dont les acteurs ont joué leur rôle ou dont ils ont réagi au cours du jeu de rôles.
Pour éviter les agressions involontaires et inconscientes, il est utile à l'animateur de savoir qu'il est généralement difficile de se voir critiquer quand on a joué son propre rôle (c'est le cas de l'acteur médecin) : le jeu de rôles renvoie à l'acteur, même sans autoscopie, une image de lui-même qui n'est pas forcément celle qu'il préfère (sauf s'il a caricaturé pour se défendre de cette agression potentielle, cet acteur a joué ce qu'il a cru être le rôle d'un bon médecin). La partie est généralement plus facile pour l'acteur patient, qui joue un vrai rôle tout à fait différent du sien : en gros, la façon dont il a joué correspond à sa perception de ce type de patient (cependant, dans certains cas, la prise de conscience de certaines de ses attitudes peut être fort agressive).

Dans tous les cas, il est important de mettre en valeur les aspects positifs des comportements. Chacun perçoit généralement très bien, sans avoir besoin de le reconnaître dans un groupe, ce qui a été négatif dans les comportements.

L'animateur se doit d'éviter l'évolution du jeu de rôles vers le psychodrame, notamment en prévoyant les réactions des acteurs et en choisissant leur rôle en conséquence lors de la mise en place et, pendant la phase d'analyse, en recentrant toute intervention des observateurs, susceptible de déstabiliser les acteurs (il est impératif de préciser cette règle dès le début de l'analyse et de la respecter scrupuleusement).

Une des recettes consiste à bien dissocier le personnage (en utilisant le nom du personnage quand on parle du jeu de rôles) et le participant.

En fonction des axes de la discussion, l'animateur interviewe un acteur sur la façon dont il a vécu la situation (il est souvent préférable de commencer par l'acteur qui était le plus "sur la sellette", c'est-à-dire le plus souvent l'acteur médecin) L'autre acteur est interrogé pour savoir s'il y a convergence de vues entre eux, puis les observateurs. Les divergences sont analysées, les distorsions entre actions et paroles et perception des paroles ou actions sont mises en évidence, des suggestions peuvent être discutées pour y remédier.

En pratique, il est prudent de commencer par s'attaquer aux sujets les moins brûlants (ceux qui risquent le moins de se trouver dans le champ des valeurs de référence de chacun) et de graduer la "profondeur" des interviews en fonction de la progression du groupe et des individus.

Comme pour toute discussion, la synthèse fera ressortir les points forts de chaque étape de l'analyse. La durée de cette phase peut être très variable ; un temps de l'ordre de 35 à 40 minutes parait raisonnable.

 

Conclusions

Le jeu de rôles, moyen de formation susceptible de contribuer à une formation relationnelle, est une technique longue, mais très facilitatrice et généralement bien acceptée.

Cette technique, telle qu'elle est proposée (il y a d'autres façons de travailler avec les jeux de rôles) et avec les supports existants dans ce dossier, ne peut être mise en œuvre qu'après une mise à niveau des participants au plan de l'information scientifique et des stratégies pratiques et après une phase de cohésion de groupe.

De plus, il s'agit d'un mode de formation auquel les praticiens ne sont généralement pas habitués : il convient de préciser clairement ses objectifs aux participants, sous peine de déception ou de rejet des animateurs.