Modalités du dépistage organisé du col utérin et arbres décisionnels - MINI FORMAT'

Bandeau_site
Début : 02/07/2024
Fin : 02/07/2024

Formation

Catégories

Médecine générale
FAF
  • Gynécologie, santé de la femme
  • Santé sexuelle

Tags

N° 2407

Lieu

Classe virtuelle

Organisateur

Dr Laura Petitcollot
Laura Petitcollot
Disponible | Durée : 1 heures 30 - début 20h30 | Nombre de participants prévu : 20

Dépistage organisé du cancer du col - Formation FAF de 2h30 : accueil 20h15, début de la formation 20h30, fin de la formation 23h00

Depuis l'arrêté du 4 mai 2018, le dépistage du cancer du col de l'utérus (CCU) s'appuyait sur un programme national de dépistage organisé (PNDO) qui reposait sur les recommandations françaises de 2010, soit la réalisation d'un examen cytologique chez les femmes asymptomatiques de 25 à 65 ans tous les 3 ans, après deux examens consécutifs normaux réalisés à un an d'intervalle.

Cependant près de 3000 cas de cancers invasifs en France et 1100 décès chaque année sont encore à déplorer, avec un taux de couverture du dépistage insuffisant (~60%), sachant que les 3/4 des cas sont diagnostiqués chez des femmes âgées de 25 à 64 ans. L'histoire naturelle des papillomavirus humains (HPV) est maintenant bien connue. Les types d'HPV à haut risque (HPV-HR) peuvent provoquer le CCU et d'autres cancers ano-génitaux et de l'oropharynx. Parmi ceux-là, les HPV 16 et 18 sont les plus fréquents.

L'infection à HPV est l'infection sexuellement transmissible la plus fréquente dans le monde.

Environ 80% des femmes et des hommes sexuellement actifs seront infectés par ces virus au cours de leur vie. Environ 90 % des infections ne sont plus détectables après 2 ans. Si l'infection à HPV persiste, elle peut causer le CCU. La HAS a donc réévalué en juillet 2019 la place du test HPV dans la stratégie de dépistage primaire des lésions précancéreuses et cancéreuses du CCU pour réduire l'incidence et le nombre de décès par cancer du col de l'utérus de 30 % à 10 ans, en atteignant 80 % de taux de couverture dans la population cible et en rendant le dépistage plus facilement accessible aux populations vulnérables et/ou les plus éloignées du système de santé. Au vu de ces recommandations, le ministre de l'économie, des finances et de la relance et le ministre des solidarités et de la santé, ont publié conjointement un nouvel arrêté le 30 juillet 2020 relatif aux programmes de dépistage organisé des cancers et relatif à l'organisation du dépistage organisé du CCU. 

L'objectif général de cette formation est de diffuser ces nouvelles modalités de dépistage du CCU et les stratégies de prise en charge des femmes ayant un dépistage positif pour améliorer les pratiques professionnelles et éviter 80% des CCU.

Conditions de prise en charge des programmes

FAF - Pour les médecins libéraux installés ou remplaçant, thésés ou non - prise en charge par le FAF (voir documents à fournir pour confirmer votre inscription) - ou payantes 150 € TTC (prise en charge individuelle ou entreprise) ou tarif préférentiel pour les adhérents RéAGJIR.

 

Retrouvez toutes les informations sur l'accès aux formations sur notre site 

Conditions de prise en charge de l'hébergement

Frais d’hébergement non pris en charge. (Formation d’une durée ≤ 1 jour ou classe virtuelle)

Possibilité de prise
en charge de l'hébergement
non
Formation à venir